Les spécificités du centre de Madagascar

Généralement, les hautes terres centrales de Madagascar s’étendent de la partie sud du pays jusqu’aux rizières ondoyantes et aux collines verdoyantes qui cèdent la place des paysages arides du secteur sud. Dans cette région, à cause de la haute altitude, le climat est alors tempéré. C’est pour cela que les itinérances dans ces lieux sont propices pour les touristes comme pour les voyageurs. Toutefois, comme toutes choses, il existe aussi des moments défavorables pour les visites comme le mois de décembre, janvier et en février. C’est parce qu’habituellement, c’est la période cyclonique du pays. Mais pour les neuf mois restants, vous pouvez aller visiter les lieux et profiter des aventures inoubliables.

Quelles sont les villes des Hautes Terres ?

Antananarivo, la « Ville des Milles » et aussi la capitale du pays avait puisé l’unité qui lui forme dans l’harmonie des contrastes. In situ, vous pouvez découvrir de grands immeubles chics en verre avec plusieurs palais royaux ainsi que de bas quartiers graveleux. Vous pouvez explorer le bazar d’Analakely, un marché qui se trouve au cœur de la ville. Aussi, si le monde urbain vous tourmente la tête, vous pouvez vous rendre à Tsimbazaza et visiter le parc zoologique d’Antananarivo, un endroit calme et plein d’espèces faunes et flores à découvrir. D’un autre côté, si vous préférez plutôt l’histoire et la randonnée que la nature, il est fortement recommandé d’aller visiter  le « Rova de Manjakamiadana » ou le Palais de la Reine de Manjakamiadana. À titre informatif, ce site touristique se situe sur le sommet de la plus grande montagne de la ville. En effet, en arrivant sur ce lieu, vous pouvez bénéficier d’une belle vue de la ville d’Antananarivo. En outre, la ville d’Antananarivo n’est autre qu’un point de départ vers des circuits culturels qui sillonne les 12 collines sacrées de l’Imerina tel que : la colline de Namehana, la colline d’Ambohijoky, la colline d’Imerimandroso, la colline d’Imerimanjaka, la colline d’Ilafy, la colline d’Ikaloy, la colline d’Antsahadinta, la colline d’Analamanga, la colline d’Ambohimanga, la colline d’Ambohidratrimo, la colline d’Ambohidrabiby et la colline d’Alasora. Chaque montagne dispose de sa propre histoire et contient tous des patrimoines nationaux comme des « Rova », des tombeaux  et autres, mais la colline royale d’Ambohimanga est incontestablement le clou de la visite. Cette colline avait accueilli la capitale religieuse et politique du royaume de Madagascar après la prise en force du prince Ramboasalama en 1897. Il s’agit donc du premier royaume reconnu par les Européens.

Autres articles du site :  La difficulté d’accéder aux études pour la majorité des femmes malgaches
Image prise sur Internet

Dans la ville d’Antsirabe, vous pouvez profiter d’un voyage d’une tout autre dimension. Surnommée « la ville d’eau » en raison de son abondance de ses sources d’eau chaude, Antsirabe est aussi perçue par un bon nombre de personnes comme la ville la plus coquette de l’île. En étant expert dans le domaine de la plantation de tabac, disposer des lacs aux eaux émeraudes, des paysages volcaniques et de labyrinthe forestier dans le parc de Ranomafana, Antsirabe est aussi un redoutable terrain de loisir pour les amateurs de trek.

Si les parties de randonnées vous branchent, vous pouvez aller découvrir le lac Mantasoa, le lac Alaotra et l’Ampefy. Ce dernier est un endroit volcanique qui est parcouru de chute d’eau, de marais ainsi que de geyser éclatant. Mis à part cela, Fianarantsoa fait aussi parti des hautes terres centrales de Madagascar. Il se trouve donc que votre voyage dans les hautes terres est incomplet sans explorer cet endroit. Aussi dit « la ville où on apprend le bien », Fianarantsoa est le lieu d’habitation de la tribu Betsileo. Cette région est aussi réputée par ses artisans habiles, plusieurs rizières en terrasses et des vignobles séculaires.

Les rencontres des Hautes Terres

Visiter les hautes terres ou hautes terres centrales ou anciennement appelées hauts plateaux signifie aussi faire des liens d’amitié avec les habitants et surtout découvrir ses traditions culturelles. Cette région est riche d’une culture singulière. C’est parce que les ethnies Betsileo et Merina l’ont hérité de son origine, l’Asie du Sud-est. Concernant cela, le « Fihavanana » ou la concorde est l’une des fiertés des Malagasy. Toutefois, les personnes se respectent mutuellement et considèrent l’un comme l’autre de sa propre famille. Il se fait donc rarement qu’on trouve les villageois se quereller, se proférer des injures en public ou même se hausser de ton parce qu’ils attachent une importante liaison, le « Fihavanana ». Ce dernier se manifeste en général par un sens légendaire d’hospitalité. En visitant des villages, souvent, les touristes sont invités à déjeuner avec les artisans. Le plat la plus authentique est le délicieux « vary amin’ny anana » ou le fameux « vary sosoa », qu’ils mangent le soir et parfois le matin. C’est un bouillon de riz accompagné de poisson ou de brochettes de zébu qu’ils ont appelé le « Kitoza ». Concernant les divertissements, le passionnant « Fanorona » c’est comme un jeu d’échecs associé à la culture malagasy. Aussi, pendant votre voyage dans les hautes terres, vous pouvez bénéficier des spectacles de danses et de chants folkloriques, le « hira gasy ». Toutefois, le plus remarquable et le plus respecté de la civilisation Betsileo et Merina sont sans doute le culte des ancêtres. En général, les habitants des hautes terres centrales croient la mort ne peut jamais empêcher les proches vivants et décédés de se lier. C’est comme une autre variante du « Fihavanana ». Parfois, cette pratique offense les chrétiens alors que les pratiquants de cette tradition font encore le devoir moral de perpétuer.

Autres articles du site :  Une petite historique des "Lambahoany"

★★★★★