Les « Vezo » de Madagascar et leurs particularités

Les Vezo de Madagascar représentent la population malgache habitant dans les villages côtiers de la partie sud-ouest de l’île. Ils sont, en fait, un sous-groupe de l’ethnie Sakalavas. Etant des pêcheurs semi-nomades, ils occupent un territoire particulièrement étendu, notamment 300 kilomètres de côte, y compris le village d’Anakao. La communauté Vezo présente un dialecte et une culture propres à elle. Dans notre article, nous allons vous parler des particularités de cette tribu de Madagascar.

La tribu« Vezo » : origine et mode de vie

La tribu Vezo compte environ 60 000 individus qui seraient originaires d’Indonésie. Ils sont avant tout des pêcheurs dont le principal instrument de travail est la pirogue à balancier. Les jeunes se chargent de la fabrication des pirogues en taillant des troncs mangroves. Ces canots sont utilisés par les Vezo pour la pêche, mais aussi pour le transport.De nos jours, ils continuent encore à pratiquer la pêche au harpon et au filet.

(Illustration en image d’un homme qui est Vezo. Image prise sur Internet)

Les Vezo considèrent la mer comme un lieu saint géré par un grand dieu anonyme et des esprits. Selon leur croyance, la mer est surveillée par ces esprits-là. C’est la raison pour laquelle un Vezo dédie sa vie à la mer dès sa naissance. Pour cette population Sud-Ouestienne de Madagascar, les personnes qui exercent la pêche à la tortue ont du prestige. Vu que les produits de la pêche viennent d’un lieu saint, le partage de la proie se fait en suivant des règles particulièrement précises.

La société Vezo est très attachée à la tradition. Dans cette tribu, de nombreux fady (tabous ou interdits) existent et présentent des impacts conséquents sur la vie quotidienne.

Au quotidien, les femmes Vezo mettent des masques de beauté sur leur visage, parfois avec de jolis dessins de fleur. Ce sont des masques, à base de poudre naturelle, fabriquées par elles-mêmes pour nettoyer la peau et protéger le visage du soleil.

Parlons de culture Vezo

Les Vezo valorisent beaucoup la famille et respectent les ainés. Ils appellent le plus ancien du village « Le Hazomanga ». Pour eux, celui-ci est proche de dieu et peut communiquer avec les défunts pour servir d’intermédiaire entre les ancêtres et leurs descendants.

Chez la tribu Vezo, il y a différentes cérémonies supervisées par le « Hazomanga », y compris le Tromba. Il s’agit, en fait, de la possession d’une puissance extérieure. Ce n’est pas seulement les Vezo qui pratiquent cette rituelle, toutefois, ils ont une manière spéciale de la pratiquer. Dans cette tribu, il y a une personne possédée, sa famille invite la communauté environnante à assister à la cérémonie, manger ensemble et se réjouir de la présence de la puissance extérieure.

Les Vezo croient encore en de nombreux esprits. Ils croient, par exemple, que les esprits des personnes noyées errent dans la mer. Pour eux, il est « fady » de pêcher plus que pour assurer ses besoins pour éviter d’offenser les esprits qui vivent dans la mer, car cela pourrait provoquer un naufrage.

Les circoncisions et les exhumations présentent également une importance particulière pour les Vezo. Ces cérémonies sont très suscitées et durent plusieurs jours, notamment 3 jours pour les circoncisions et une semaine pour les exhumations, pendant lesquelles ils sacrifient toujours des zébus. Pour eux, les zébus sont une marque de richesse et ils les sacrifient pour honorer les ancêtres ainsi que pour marquer un événement important de leur vie.

Les Vezo dansent le « Tsapiky » qui est une musique rythmée jouée sur des instruments traditionnels de fabrication locale, appelés « kabosy » qui se déclinent en plusieurs versions.