Ethnie malgache “Foko Betsileo”

Image prise sur Internet

Madagascar est la plus grande île de la planète bleue, elle regorge de plusieurs richesses terrestres et maritimes. Le pays se distingue des autres par l’aptitude de sa population de vivre ensemble en étant diversifiée. Chaque région a sa coutume, son dialecte et authenticité en termes de climat. L’île rouge est un véritable monde à part, l’île contient 23 régions, 6 provinces, et 18 ethnies ; mais dirigé par un seul président démocratiquement élu par un suffrage universel direct. Conviviale et cosmopolite, une personne d’origine sud peut dialoguer sans problème à une autre d’origine nord, car elles parlent une seule langue qu’est le malagasy. Dans cet article, nous allons avoir de près le “foko Betsileo” qui n’est autre qu’une de ses ethnies. Parlons, dans un premier temps, la particularité de ce foko sans oublier de mentionner sa géolocalisation. Ensuite, nous allons découvrir ensemble ses hiérarchies sociales.

Image prise sur Internet

La particularité de l’ethnie Betsileo et sa géolocalisation

Géographiquement, les betsileo occupent la partie nord de la rivière Mania jusqu’au mont Andringitra. Le mot “Betsileo” signifie « les nombreux invincibles ». Le “Be” signifie nombreux et le “tsileo” s’écrit correctement “tsy leo”, qui a pour sens “invincible”. Ce nom a été donné au peuple Betsileo suite à une attaque de la tribu Sakalava au XVIIᵉ siècle. Cette dernière a essayé de conquérir vainement le territoire et après la victoire d’Andriambohitsombilahy, le peuple s’est décidé d’attribuer ce nom à leur foko. Le foko Betsileo est dispatché principalement en 5 royaumes fondés, à la base, par le roi du Manandriana.

  • Au nord, le Fisakàna, ce territoire a été dirigé par Ratrimo.
  • Au sud-ouest du Fisakàna, se situe Ambositra que Mpanalina a fondé.
  • Encore au Sud-ouest, se trouve Isandra, fondé par Andriamanalina au XVIIIᵉ siècle. Ce territoire est devenu un des sept districts de la région Haute Matsiatra.
  • Au sud-est, le Lalangina dirigé par le grand roi Rahasamanarivo.
  • Au sud, l’Arindrano que nous connaissons sous le nom Ambalavao actuellement.

Les styles vestimentaires des Betsileo

Du côté vestimentaire, les betsileo sont très remarquables en vue de loin par rapport aux autres ethnies. Ils se démarquent par la portée d’un très long tissu fait à base de coton imprimé ou non, mais de couleur vive. Le long tissu est juste fait pour bien couvrir le corps, mais à l’intérieur, les hommes mettent du malabary, qui est une tenue d’excellence à mettre dans les événements très importants. D’habitude, à part le tissu d’environ 5 mètres de long, les hommes portent un pantacourt et mettent un chapeau conçu par des pailles. Quant aux femmes, elles portent des tresses dont chaque modèle a une signification particulière.

Les betsileo sont des grands producteurs de riz. La riziculture y est favorisée par l’abondance des vallées et des collines dans leurs territoires. Ils sont également des vrais artistes dans le monde de la sculpture en bois.

Image prise sur Internet

Les Classes sociales

Tout comme les autres royaumes, les hiérarchies sociales existent bel est bien à Madagascar, non seulement dans le foko Betsileo, mais aussi dans les autres ethnies. Particulièrement chez les Betsileo, la classe sociale se divise en quatre :

La première et la plus privilège est le Hova (seigneur) : ce sont les familles d’une lignée royale. Ils possèdent beaucoup de zébus par rapport aux autres classes. À l’époque, chaque mise à mort d’un zébu demande en impératif la présence d’au moins un Hova.

Ensuite les Andevohova : ces personnes ont une classe sociale juste au-dessous des Hova puisqu’ils s’attachent, dans leur vie quotidienne, avec les Hova. À vrai dire, ce sont des esclaves de la classe supérieure. Des noms sont donnés à ces Andevohova selon son poste, Andriambaventy était le nom donné au bras droit d’un Hova. Les personnes qui contribuent à la nutrition des Hova s’appellent “les Raindraoto”. En cas de blessure d’un Hova, les Ramanga boivent les sangs versés et font d’autres taches domestiques.

À la troisième place se trouve les Olom-potsy, ces personnes sont ni esclaves ni Andevohova, c’est donc une classe intermédiaire. Les olom-potsy ont 78 clans dans la région haute matsiatra, et chaque clan instaure sa propre règle interne telle que les règles du mariage et la définition des tabous.

La plus basse des classes est les Andevo : dans toute l’île de Madagascar, les esclaves sont appelés communément “Andevo”. Sans pour autant faire du mal aux esclaves, ces personnes sont entièrement sous la direction des Hova. Malgré sa place dans la socieité Betsileo, il a droit de vivre en toute serenité avec sa femme et ses senfants. Pour le foko betsileo, les esclaves sont des personnes vaincues dans les guerres tandis que les personnes de couleur dans la tribu de l’Imerina.