La contraception ou le planning familial à Madagascar.

Image prise sur Internet

Plusieurs séances de sensibilisation sur l’utilisation de la planification familiale se font tous les jours dans le pays de la Grande Ile. D’ailleurs, des publicités passent tous les jours, et même presque toutes les heures à la radio et à la télévision. Il existe même des affiches pour éduquer les femmes et surtout inviter les hommes à se rendre dans les centres médicaux pour accompagner leurs conjointes afin de bien choisir la planification qui sera adaptée à son corps, mais surtout à sa santé. Même avec tous ces efforts déployés, bon nombre des habitants ne sont pas du tout d’accord à suivre ce système de contraception. Il y a ceux qui pensent que cette méthode peut engendrer des répercussions négatives vis-à-vis de leur état de santé. Ceux qui optent pour la planification familiale ont témoigné que ce n’est vraiment pas assuré à 100 % et la possibilité d’être enceinte ne peut pas être écarté. Quels sont les divers blocages qui font que la majeure partie des femmes malgaches s’y privent ? Avant de répondre à toutes ces questions, voyons d’abord dans la première partie le but de l’arrivée de la contraception dans le pays, puis les différents types de moyens contraceptifs proposés dans les établissements médicaux.

La raison principale de la mise en place du planning familial dans la Grande Ile.

Comme on le sait tous très bien, la contraception a été arrivée dans le pays afin de réduire le taux de grossesse non désiré. À partir de l’âge de la puberté, les jeunes Malgaches peuvent se procréer, sans même avoir l’âge requis, l’augmentation des grossesses précoces sont énormes depuis des années. Cette situation conduit aux avortements, bien sûr le fait d’opter à cette démarche est très risqué, pire encore, cette dernière peut y laisser sa vie. Des nourrissons sans défense sont abandonnés et jetés dans les ordures puisque les jeunes mamans ne veulent pas assumer la grande responsabilité d’être mère. Pour assurer, l’espacement d’intervalle des naissances des enfants d’au moins deux ans dans une famille, il faut adopter la stratégie de contraception. En-tout-cas, une chose est sûre, c’est qu’un couple qui a choisi d’utiliser la planification familiale est bien posé. Pas d’inquiétude de l’arrivée d’une grossesse non voulue tout en s’épanouissant dans leur vie sexuelle.

Quels sont les différents moyens de contraception disponibles dans les établissements médicaux ?

Pour information, la méthode contraceptive n’est pas uniquement utilisée par les femmes, il existe également une méthode de barrière employée par les hommes qui n’est autre que les préservatifs. Attention, comme tout le monde le sait si bien, les préservatifs féminins existent aussi. Sans compter bien évidemment qu’ils ne sont pas uniquement des moyens contraceptifs puisque ces derniers protègent les humains contre toutes les maladies sexuellement transmissibles tels que les VIH, la MST… Sinon, on peut adopter la contraception permanente telle que la stérilisation, les stérilets et les implants. Les méthodes périodiques aussi peuvent être utilisées, par exemple la prise des pilules à voie orale tous les jours à des heures ponctuelles. Notez bien que si vous choisissez l’injection, une abstinence de 7 jours après la piqûre est à respecter pour garantir un taux d’efficacité optimum. Le stérilet du lendemain est disponible, c’est un moyen efficace qui pourra durer jusqu’à 5 jours. Pour terminer, on peut distinguer d’autres méthodes contraceptives comme les patchs, les anneaux vaginaux, les dispositifs intra-utérins.

Les différentes raisons qui font que le planning familial ne connaît pas encore trop de succès auprès de Malgaches.

Tout d’abord, pour les chrétiens, il est strictement interdit d’employer la contraception. Il n’y a pas de raison particulière, mais c’est juste mentionner dans la bible que les couples doivent se procréer le plus possible dans le but de remplir la terre. Pour d’autres personnes, elles ont juste peur des diverses répercussions sur leur santé comme l’hypertension artérielle, les accidents vasculaires au niveau du cerveau ainsi que la formation des caillots dans le sang. Souvent, on entend parler à travers les bruits de couloir que pour les femmes utilisant les moyens contraceptifs, elles ont du mal à avoir des enfants, il semblerait que le taux de fertilité des femmes l’utilisant soit en baisse progressive. Suite à un manque de formation et de sensibilisation, tout le monde a sa propre version des faits, le plus malheureux, c’est que généralement, on entend que des feeds backs négatifs par rapport à ce sujet. D’où l’hésitation de tout un chacun.

En résumé, l’utilisation de la contraception reste une question de choix, ce n’est pas encore une obligation à Madagascar. Il est important de préciser que si les plannings familiaux ne vous conviennent pas, sachez qu’il existe pas mal de contraception naturelle que vous pouvez très bien employer.