La tribu Tsimihety de Madagascar et ses particularités

Image venant d'internet

Tsimihety signifie littéralement « ne se coupe pas les cheveux ». Cette tribu a eu ce nom depuis la mort d’un roi Sakalava, Radama 1er, où ils refusèrent de se couper les cheveux, c’est-à-dire qu’ils ne voulaient guère porter le deuil de ce roi dans le but d’affirmer leur indépendance. Mais de quelle origine est cette tribu caractérisée par son autonomie et sa force tranquille ? Où est-ce qu’elle se situe dans la carte de Madagascar ? Que dire d’elle en termes d’us et coutumes ? Que font les Tsimihety dans la vie de tous les jours ? Lisez ce guide pour connaître un peu plus cette tribu malgache.

D’où viennent les Tsimihety et où résident-ils actuellement ?

Selon l’histoire, les Tsimihety seraient les descendants de pirates européens. Ces derniers se sont rapprochés de Madagascar pendant leur voyage et se seraient mélangés aux « Vazimba » (les ancêtres les plus anciens de la population de la grande île) et c’est ainsi que ce sont nés les Tsimihety. Cette tribu a depuis longtemps adopté un mode de vie communautaire. Les dirigeant de la société regroupent des sages appelés « Sojabe ». Cette ethnie ne donne aucune place a une organisation politique en royaume ni à un attachement au pouvoir, parce que les « Sojabe » comme la population Tsimihety souhaitent préserver leur indépendance et leur liberté de mouvement le plus longtemps possible.

Image venant d’internet

Ce groupe ethnique habite le Nord-Ouest de Madagascar, dans une zone enclavée délimitée par d’autres ethnies malgaches, dont les Sakalava à l’Ouest, les Antakarana au Nord, les Betsimisaraka à l’Est et les Sihanakaau Sud. Historiquement, en 1900, la population Tsimihety occupait le seuil de Mandritsara en étant tournée vers l’est et la baie d’Antongil. Suite à une expansion démographique conséquente, la tribu Tsimihety glissa progressivement vers les plaines du Nord-Ouest et Majunga. Cette ethnie malgache habite actuellement la région de Mandritsara, de l’Androna et de Bealanana.

Autres articles du site :  Quoi mettre au pied des framboisiers ?

Malgré sa situation géographique enclavée, cette tribu n’est soumise à aucune ethnie, car elle sait parfaitement défendre son indépendance. Quoique, ses us et coutumes présentent quelques ressemblances vis-à-vis de celles des autres tribus qui se situent autour de son territoire. Les Tsimihety pratiquent, par exemple, le culte des ancêtres, mais aussi la circoncision. Il en va de même pour leur dialecte. Il s’agit d’un mélange complexe des dialectes empruntés auprès des ethnies qui la délimitent.

Parlons de cultures, d’us et de coutumesTsimihety

Malgré qu’elle habite dans une zone enclavée de la grande île, cette tribu présente aussi des rites qu’elle n’a emprunté à aucune autre ethnie. On peut citer quelques us et coutumes propres aux Tsimihety ou empruntés aux Sakalava :

Le « tromba »

un rite qui consiste à invoquer l’esprit d’un défunt pour assister à un grand événement ou pour demander conseils. Ils invoquent généralement l’esprit d’un roi. C’est un rite emprunté par les Tsimihety chez les Sakalava. D’ailleurs, c’est seulement une partie des Tsimihety, ceux habitant dans la partie Ouest, qui pratique ce rite. La cérémonie de tromba s’effectue dans une case qu’ils appellent « Zomba » pendant laquelle ils dansent et chantent sous la vigilance d’un médium, en langue tsimihety « saha ».

De nos jours, cette ethnie de Madagascar pratique encore le « tromba » pendant les fêtes annuelles qui ont lieu dans les « doany ».

Le « Koro »

Le « Koro » est une culture propre aux Tsimihety. Il s’agit d’un rythme musical qui distingue la tribu de toutes les autres. C’est, en fait, un chant traditionnel que les Tsimihety entonnent pendant les grands événements.

Autres articles du site :  Quelle est la couleur de peau des Malgaches ?

Le mariage Tsimihety

Un mariage tsimihety rime avec de nombreux interdits et traditions. Par exemples :

  • Le jeune homme voulant épouser une jeune femme doit se construire sa propre maison, qui servira de foyer à lui à sa future épouse, avant de pouvoir présenter cette dernière à ses parents et à toute sa famille.
  • Les Tsimihety de Mandritsara autorisent les unions collatérales à partir de la troisième génération.
  • Les Tsimihety ne peuvent pas se marier avec des jeunes venant du clan « Keliantsy » , car ils sont maudits.
Image venant d’internet

Quelles sont les activités quotidiennes des Tsimihety ?

La tribu Tsimihety est principalement tournée vers l’élevage de zébus, de chèvres et de volailles ainsi que vers la riziculture en pratiquant l’autosubsistance. Il s’agit, toutefois, d’une population qui entreprend des relations commerciales avec les autres ethnies de Madagascar. Les Tsimihety pratiquent également le « tavy » ou culture sur brulis et l’apiculture (élevage des abeilles). Ils cultivent le tabac pour ensuite l’exporter, mais aussi l’oignon et les agrumes pour les vendre afin de compléter leur revenu. La consommation journalière est, en revanche, assurée par les femmes avec quelques plantations de maïs, de patate douce et de manioc.

Les femmes Tsimihety font aussi la cueillette, travaillent la soie sauvage, le raphia, ou font de la poterie pendant leur temps libre.

La plupart des maisons dans la région Tsimihety sont construites en brique ou en terre avec des toitures en paille. On y rencontre rarement