Les Betsileo : Us et coutumes

(Illustration en image des Betsileo. Image prise sr Internet)

Sur les Hautes Terres de la Grande Île, un peu plus au sud de l’Imerina, on peut trouver le foko Betsileo. C’est une région très fertile. En effet, la principale activité de ses habitants se penche vers la culture. Mis à part les occupations quotidiennes des Betsileo, le respect de ses traditions est aussi une chose très importante pour eux. Par conséquent, ces habitants ont encore tenu ses coutumes jusqu’à nos jours.

La hiérarchie des sociétés Betsileo

En général, Betsileo est une tribu qui avait choisi d’habiter à Fianarantsoa. Ce dernier est le chef-lieu de la province et aussi des hameaux qui se trouve sur ses périphéries. Le nom Betsileo signifie « les nombreux invincibles » en français. Mis à part l’audace de ses guerriers qu’évoque cette appellation, les peuples sont aussi connus pour son habileté artisanale et son savoir-faire dans le domaine de l’agricole. Il est aussi important de noter que les sociétés merina et les sociétés Betsileo ont une certaine ressemblance, par exemple ses systèmes des castes. Pour le cas des Betsileo, ses royaumes étaient hiérarchisés tels que les suivantes :

  • Les « Hova » qui désignent les nobles ;
  • Les « Andehova » qui déterminent les personnes qui sont aux services des nobles ;
  • Les « Olom-potsy » pour appeler les routiers et enfin
  • Les « Andevo » qui signifient les esclaves.
(Illustration en image des Betsileo. Image prise sr Internet)

Les rituels de séduction et le mariage des Betsileo

Pour les Betsileo, les jeunes célibataires qui souhaitent marier quelqu’un ont un moyen très spécial pour exprimer leur disponibilité. Pour les garçons, ils portent un peigne qu’ils plantent dans leurs cheveux, tandis que pour les filles, elles ajoutent plusieurs pinces à leur coiffure. Pour le mariage, selon leurs traditions, la famille du jeune homme doit offrir un zébu pour la famille de la mariée. Et aussi, leur premier enfant doit obligatoirement naitre dans le village de l’épouse.

Comme plusieurs tribus de Madagascar, les Betsileo sont, eux aussi, polygames. Mais pour son cas, les hommes qui souhaitent être polygames doivent avoir un certain poids politique et social ou disposer d’une considérable richesse comme plusieurs rizières pour pouvoir nourrir et entretenir une famille nombreuse. D’un autre côté, il faut aussi que les épouses s’habitent dans de divers endroits afin d’éviter les conflits entre eux.

Le “Famadihana”

Le Famadihana est une coutume qui spécifie les Hautes Terres et la plupart des régions de Madagascar. C’est une coutume funéraire que les Merina ont apportée chez les Betsileo pendant le gouvernement de Ranavalona I. Durant cette coutume, on peut constater le caractère sacré de ses aïeuls du folklore malgache. Cette tradition se fait célébrer tous les 5 ou 7 ans pour chaque famille. Pendant cette cérémonie, les Betsileo exhument les dépouilles de ses ancêtres et puis les enveloppes de nouveaux linceuls. Puis, les descendants de chaque corps portent leurs anciens parents en triomphe avec une joyeuse procession rythmée par des danses et des chants. Ces rituels se font avant de replacer la tombe.

Pendant cet évènement, tous les participants se font partager d’une viande issue d’un sacrifice d’un ou plusieurs zébus. S’il se trouve que le principe du Famadihana vous surprend, l’objectif est aussi délirant : de transformer la moindre tristesse en joie entre les vivants. Il est important de noter que le Famindrana est une tout autre histoire que le Famadihana. À titre informatif, le Famindrana consiste au transfert des corps qui se trouve dans une tombe vers une nouvelle sépulture.