Les maladies à Madagascar

Image prise sur Internet

À Madagascar, il y a aussi des mauvais comme de bonnes choses que vous pouvez rencontrer en explorant les lieux. Comme dans tous les autres pays, dans la Grande île, les raisons qui peuvent causer les maladies sont vraiment vastes et nombreuses. D’après nos recherches, les maladies transmissibles et infectieuses s’affichent parmi les premiers qui causent la morbidité ainsi qu’à la mortalité des personnes infectées dans les pays du continent africain comme à Madagascar. Pour notre cas, on va vous dévoiler quelques exemples de maladies transmissibles par des insectes que vous devez connaître avant de vous lancer dans l’exploration de la Grande île.

Le Chikungunya

Image prise sur Internet

Le Chikungunya est une maladie que vous pouvez rencontrer dans le monde entier, mais on peut le trouver plus fréquemment en Afrique, en Indonésie et en Inde. Il s’agit d’une maladie virale qui se transmet par une piqûre d’un moustique femelle du genre Aedes. Généralement, contrairement à la plupart des moustiques, ce dernier pique dans la journée.

Les symptômes : fréquemment, elle se présente sous forme de fièvre brutale avec un syndrome grippal. Aussi, des douleurs articulaires, des maux de tête, des éruptions ou encore des frissons peuvent se présenter comme signe de cette maladie. Souvent, il se trouve que des douleurs articulaires persistantes et invalidantes peuvent aussi arriver au patient. En tous cas, ces symptômes mentionnés ci-dessus ne peuvent pas être les seuls signes afin de reconnaître la maladie, mais le mieux à faire c’est de consulter votre médecin.

Les moyens de préventions : Pour se protéger des piqûres des insectes, comme les moustiques, il est plus que recommandé de faire usage d’un répulsif cutané. Aussi, vous pouvez utiliser des moustiquaires de lit imprégnées d’insecticides en bon état, des diffuseurs électriques, des bombes insecticides et bien d’autres encore. Mais s’il se trouve que vous ne supportez pas l’odeur de ces exemples ci-dessus, le mieux pour vous est d’éviter les zones d’eau stagnante en entretenant les jardins et les bassins et surtout en vidant les coupelles.

La fièvre de la vallée du Rift

Image prise sur Internet

La fièvre de la vallée du Rift est une maladie virale du genre Phlebovirus. À la plupart des cas, elle ne touche que les animaux, mais elle peut aussi contaminer l’homme. Cela se fait, souvent, par un contact direct d’une personne avec des organes ou du sang d’un animal contaminé. Aussi, elle peut se transmettre par des piqûres de moustiques de diverses espèces et surtout par la consommation du lait cru ou non pasteurisé de la vache qui est contaminé.

Les symptômes : Pour les formes modérées, les symptômes peuvent se présenter sous forme d’un syndrome grippal tels que les douleurs articulaires, les maux de tête et aussi de la fièvre. À la plupart des cas, une personne contaminée peut avoir une perte d’appétit et sentir une raideur de la nuque. Aussi, le vomissement peut apparaître chez les personnes symptomatiques. Mais, au pire des cas, pour les formes graves, des complications neurologiques, oculaires et hémorragiques peuvent apparaître.

Les moyens de préventions : Pour prévenir ce genre de maladie, vous pouvez juste éviter la consommation des viandes crues et du lait non pasteurisé. Aussi, il est fortement déconseillé de prendre contact avec des animaux inutilement. Comme cette maladie peut être transmise par des éventualités piqûres de moustiques, il est plus que recommandé de se protéger contre ces bestioles. Pour ce faire, vous pouvez lutter contre les larves et les moustiques adultes en vidant les diverses coupelles et en évitant les zones d’eau stagnante. D’autant plus, vous pouvez faire usage de différentes protections comme des moustiquaires, des répulsifs cutanés et bien d’autres encore.

Le Paludisme

Image prise sur Internet

Comme vous le connaissiez bien, le paludisme est une maladie parasitaire de type plasmodium. Elle se transmet par la piqûre d’un moustique femelle du genre Anophèle qui est infectée. En général, cette espèce de moustique pique entre le crépuscule et le petit matin. À titre informatif, il existe quatre types de paludisme qui peut contaminer les hommes, tels que le « Plasmodium vivaux », le « Plasmodium falciparum », le « Plasmodium ovale » et le « Plasmodium malaria ». Il se trouve que les Plasmodiums vivaux et falciparum sont les plus répandus alors que le Plasmodium falciparum est le plus mortelle des quatre.

Les symptômes : Pour les formes modérées, la maladie peut se présenter sous forme d’un syndrome grippal avec une fièvre accompagnée de maux de tête. Il se peut aussi que de vomissements, des douleurs musculaires et des malaises puissent se présenter comme signe de cette maladie. Mais pour les formes graves, cela peut varier en fonction de l’espèce du parasite (signe viscéral ou neurologique). Toutefois, cette maladie peut être mortelle si la personne infectée ne se soigne pas dans le plus bref délai.

Les moyens de préventions : en considérant plusieurs niveaux de transmission de cette maladie, il est plus que recommandé de consulter un médecin afin d’envisager la meilleure prophylaxie antipaludique à prendre. Il est important de savoir que n’importe quel moyen préventif ne peut assurer à lui seul la lutte contre le paludisme. De ce fait, la nécessité d’une observance simultanée en vue d’une protection contre les éventualités piqûres de moustiques associée à la chimioprophylaxie s’avère indispensable. Pour ce faire, vous pouvez faire usage d’un répulsif cutané, des moustiquaires et bien d’autres encore. Aussi, il est important de lutter contre les moustiques adultes et les larves en vous éloignant ou éliminant les flancs d’eau. Mais au cas où une personne présente un certain signe clinique inhabituel, il est fortement conseillé de consulter un médecin afin d’avoir une prise en charge précoce.