Quel est le plus petit singe vivant à Madagascar ?

Parmi les emblèmes de Madagascar, nous avons ces fameux primates qui ne sont autres que les lémuriens. Ces animaux sont, en effet, connus à travers le monde et peuple la grande île avec un taux d’endémicité remarquable. Nous rencontrons dans cette île, le plus grand primate du monde qui est l’Indri Indri, mais également le plus petit, le microcebus, qui sont tous les deux endémique de Madagascar. Encore récemment, il a été découvert une nouvelle espèce du plus petit lémurien du monde. Les chercheurs ne cessent d’essayer de trouver une explication de ce phénomène de nanisme chez les microcebus. Focus sur cette espèce.

Des théories sur les causes de nanisme

Microcebus

 

Image venant d’internet

La première hypothèse des causes de ce nanisme que l’on observe chez les microcebus a d’abord été une éventuelle forme d’archaïsme. Les naturalistes ont alors pensé que cette espèce est la dernière survivante qui présente encore ces caractéristiques archaïques parmi les primates. Cependant, aucune étude n’a pu confirmer cette théorie.

L’hypothèse d’une évolution progressive vers le nanisme a été ensuite émise. Ce phénomène est souvent observé dans les îles et est appelé le nanisme insulaire. Cette théorie est la plus probable et selon les études, le microcèbe aurait vécu une évolution vers le nanisme en trois phases.

Les différentes espèces de microcebus

Cette famille de primate comprend au moins 24 espèces.

  • Microcebus arnholdi qui est le Microcèbe de la Montagne d’Ambre ;
  • Microcebus berthae, l’espèce qui a été découverte par la scientifique Malgache du nom de Berthe. Celle-ci est la plus petite espèce ;
  • Microcebus bongolavensis qui est visible dans la région de Bongolava
  • Microcebus boraha qui est spécifique de Nosy Boraha ;
  • Microcebus danfossi qui n’est autre que le Microcèbe d’Ambarijeby
  • Microcebus ganzhorni  qui est le Microcèbe de Ganzhorn ;
  • Microcebus gerpi ou encore le Microcèbe de Gerp ;
  • Microcebus griseorufus qui est caractérisé par son pelage de couleur gris-roux ;
  • Microcebus jollyae que l’on connait aussi sous l’appellation Microcèbe de Jolly ;
  • Microcebus lehilahytsara ou encore le Microcèbe de Goodman ;
  • Microcebus macarthurii qui est visible à Anjiahely ;
  • Microcebus mamiratra qui est typique de Nosy Be ;
  • Microcebus manitatra ;
  • Microcebus margotmarshae qui a été découvert par Margot Marsh ;
  • Microcebus marohita ;
  • Microcebus mittermeieri ou le microcèbe de Mittermeier ;
  • Microcebus murinus qui est aussi connu comme étant le microcèbe mignon ;
  • Microcebus myoxinus ou appelé le microcèbe pygmée ;
  • Microcebus ravelobensis qui se caractérise par son pelage de couleur brun-doré ;
  • Microcebus rufus ou le Microcèbe à pelage roux ;
  • Microcebus sambiranensis qui est visible dans la région de Sambirano ;
  • Microcebus simmonsi ou le microcèbe de Simmons ;
  • Microcebus tanosi ;
  • Microcebus tavaratra ou le microcèbe roux qui est visible dans la région du Nord.
Autres articles du site :  Recettes de bonbons coco

Il est possible que d’autres espèces de cette famille de lémurien de petite taille ne soient pas encore découvertes en ce jour.

Spécificités et caractéristiques d’un microcébus

Considéré comme étant les plus petits lémuriens du monde, les microcébus sont alors tenus comme les plus primates. Leur taille fait généralement 12 centimètres sans leur queue qui fait environ 15 centimètres. Relativement, leur poids est de 90 grammes. Pas plus grand qu’une souris, leur rétine sont extrêmement sensible, tout comme leurs oreilles. La taille de ce dernier dépend toutefois de l’espèce. Ils sont capables d’entendre leurs proies à plusieurs mètres.

Grâce à une queue grasse qui leur permet de stocker de l’énergie, les microcébus peuvent rester plusieurs jours sans se nourrir. Une pénurie de nourriture peut en effet être observé en période hivernale. Lors de ces moments, ils se mettent en boule afin de réduire leur température corporelle. Cela leur permet d’économiser de l’énergie.

Mode de vie des microcebus

Il est difficile d’étudier cette espèce dans son milieu naturel. En effet, c’est une espèce nocturne, ce qui fait qu’il se cache le jour. Sa petite taille rend également son observation compliquée. Il vit généralement dans les creux d’un arbre ou sur des amas de feuilles. Les femelles se mettent en petit en groupe, si les mâles sont plus solitaires. Pour une surface entre 700 m² à 2 ha, il est possible de retrouver un groupe de 15 individus de microcebus.

Afin de marquer leur territoire, ces primates urinent sur leurs pattes. Cela favorise la propagation de leur odeur partout où ils se rendent. Ils se reproduisent du mois de septembre jusqu’au mois d’octobre. La période de gestation va de 59 à 62 jours et la femelle peut avoir entre 2 à 4 petits par naissance. Il est rare que cette espèce soit agressive, sauf en état de captivité.

Autres articles du site :  L’aye-aye : le plus grand primate nocturne

Les microcébus se nourrissent d’insectes, de nectar et de miel. Aussi, ces petits lémuriens sont frugivores. Un microcébus chasse et se nourrit en solitaire.

Image venant d’internet

En période de pénurie de nouriture, les femelles peuvent rester dans un état de dormance durent plusieurs semaines. Les mâles se contentent de quelques jours seulement.

Les microcébus sont en réel danger. En effet, les actes parfois volontaires des êtres humains les mettent en péril. Leur habitat naturel est également considérablement réduit. La menace climatique plane aussi sur ces petits êtres endémiques de Madagascar. Il est de ce fait urgent de mettre en oeuvre un plan de protection pour les microcébus.

★★★★★