Quelles sont les coutumes et traditions malgaches ?

(Image un des costumes traditionnels malgaches. Image prise sur Internet)

Madagascar recèle bien des mystères qu’il serait impossible de les révéler en quelques lignes seulement. Il regorge d’histoire, qui le distingue du reste du monde, surtout en termes de coutumes et traditions. Des identités culturelles qui lui sont propres et qui font sa singularité. Découvrant alors dans notre article quelles sont les coutumes et traditions malgaches ? Pour répondre à cette question, on va voir les différentes coutumes et tradition malgache, à l’instar de Famadihana ou retournement de mort, le sambatra ou circoncision.

(Image un des costumes traditionnels malgaches. Image prise sur Internet)

Le « Famadihana » ou retournement de mort

Une tradition bien ancrée dans la culture malgache. En effet, Madagascar est le seul pays qui pratique le retournement de morts. Cette pratique se fond le plus souvent à partir du mois de juin au mois de septembre. Pendant l’événement, il y a des programmes de festivités où l’on boit, on danse et on mange. On sacrifie généralement au moins un Zébu, mais cela se différencie en fonction de la région. La fête se termine par l’ouverture du tombeau familiale. On sort du tombeau les ancêtres défunts et est retourné pour être vêtu d’un nouveau linceul fait avec de la soie sauvage appelé « lambamena ». Une fois les morts revêtues de lambamena, le Famadihana se termine et les ancêtres sont retournés dans leur tombe. Même si Madagascar n’est pas la seule culture au monde qui pratique des rituels liés aux aïeux, ce culte reste un art funéraire qui s’inscrit dans la coutume et tradition locale.

Autres articles du site :  Connaissez-vous la « varanga », un plat typiquement malgache ?

Les tabous ou fady

Madagascar compte plus de 18 ethnies distinctes qui parlent chacun leurs langues, qu’il n’est pas étonnant d’apprendre que chaque ethnie à chacun leur tabou et les interdits. Il y a ceux qui ne porte pas la couleur rouge, ceux qui ne mangent pas de porc, d’oignons, d’anguille ou de poisson sans écaille ou des tortues ou le sel. Ces fady se transmettent de génération en génération et la majorité de la population respecte encore ces règles. Même si chaque ethnie malgache à leur propre tabou et pratique culturels qui leur sont propres, lorsqu’il voyage d’une région à une autre, ils respectent la coutume de chacun. Le fady va également de pair avec les religions et les lieux sacrés. En effet, selon les croyances, certains lieux sacrés possèdent des pouvoirs magiques et que si on détourne les règles, on risque d’être punie et même de perdre la vie. Les lieux sacrés ne peuvent donc pas être profanés, car vous risquerez de le payer de votre vie. Le fady joue surtout un rôle régulateur de la société et peut avoir une utilité pédagogique dans certains cas.

Le Sambatra ou Circoncision

Un rituel de circoncision collective fait généralement en hiver. En effet, cette coutume est faite afin que les garçons puissent devenir des hommes. Dans la partie Sud Est de Madagascar, ce rituel est fait tous les 7 ans et peuvent durée plus d’un mois. Cette circoncision doit être effectuée un vendredi selon la tradition et obéit à un calendrier agricole traditionnel qui ne revient que tous les 7 ans. Les pères de famille décorent des cases d’une colombe sculptées alors que les mères préparent des tenues rouges pour les garçonnets et les nattes prévues pour cette occasion. Les jeunes vont ensuite puiser de l’eau, le dit « rano mahery » à une rivière sacrée qui sera ensuite utilisée pour laver les plaies des circoncis. Tout le monde ira ensuite vers l’embouchure du canal de pangalane, le lieu où les garçons seront circoncis et recevront la bénédiction du roi. C’est à l’issue de ce rituel que les garçonnets deviendront des hommes.

Autres articles du site :  Quelles sont les saisons de récolte de riz à Madagascar ?